Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de bmw64surlaroute Tous les moyens sont bons pour voyager, celui que je préfère c'est la moto.Mais je peux voyager à vélo, à pied, en avion, en auto, au cinéma, en lisant un livre, en dormant ......

L'accident 4 décembre 2010

bmw64surlaroute

Aujourd’hui samedi 4 Décembre c’est un peu Noël avant l’heure, c’est une journée comme la vie sait vous en offrir quelques fois dans l’année : Je vais chercher ma BM chez Raoûl Piston à Gourdon, elle est depuis quelques mois en semi-restauration (boite vitesses, allumage électronique, soufflet cardan plus quelques bricoles) due à son grand âge, 31 ans et voilà elle est enfin prête.
Je dis ma BM, car pour patienter et attendre la fin des réparations j’ai acheté une autre BMW : Une K1100 LT, alors là je vous dis de suite rien à voir avec mon bon Flat Twin, le K1100 est une moto sans trop de caractère mécanique et pas vraiment belle non plus : ça enroule on dirait même à l’accélération un moteur électrique, très lourde surtout en ville ou en manœuvre et un peu trop haute pour moi ou je suis un peu petit pour elle, voilà pour les cotés négatifs. Les points positifs : Très bonne tenue de route (surtout avec un Olhins à l’arrière) super protection avec le carénage intégral avec bulle réglable au tableau de bord : Le froid, la pluie, le vent tout passe à côté ou au-dessus d’où moins de fatigue sur longue distance que sur une moto sans protection comme mon Flat. Un vrai vaisseau de la route le K1100, même chargée son comportement routier et autoroutier est irréprochable. Les possesseurs de K1100 LT la surnomme la Baleine c’est certainement dû à la vision qu’elle offre vue de l’avant avec son gros carénage, c’est vrai elle est énorme et très lourde mais cela je l’ai déjà dit, elle reste malgré tout rassurante et très efficace.
Allez c’est parti direction Gourdon dans le Lot en compagnie de ma moitié, l’aller se fera en voiture et je ferai le retour en BM, j’en frémis d’avance, vers 13 h petit restau à Gourdon et pile poil à 14h nous sommes devant le petit garage à l’ancienne de Raoul Piston, son vrai prénom est Laurent mais beaucoup le surnomme Raoul, il est spécialisé dans la BM ancienne mais j’y ai déjà vu quelques Anglaises et Italiennes, j’ai dit garage à l’ancienne car il est rempli de motos anciennes bien sur et dans le coin de l’atelier un poêle à bois pour se réchauffer les jours d’hiver comme aujourd’hui, Laurent est aussi un motard faisant pas mal de rassemblements moto avec sa BM 1000 RS des années 80, il paraîtrait même qu’il en fait pas une feignante de sa RS, des motards ayant roulé, avec lui ou plutôt derrière lui, me l’ont répété. Donc voilà ma BM est prête, Laurent m’explique et me montre les pièces qu’il a changé, les modifications effectuées, les problèmes rencontrés et réparés, les BM anciennes génération sont des mécaniques assez simples et robustes mais qui ne supportent pas le remontage bâclé, l’usure des pièces en dépendrait, moi qui ne suis pas très fort en mécanique j’arrive presque à tout comprendre, Laurent un parlé très Occitano-mécanico-poetique dès qu’il parle de mécanique, il écrit les paroles et les Fats Twins font la musique, quel bel ensemble, c’est le Claude Nougaro de la mécanique. Le moment de la facture est moins poétique mais je sais que les pièces sont chères et heureusement pour moi il ne doit pas compter toutes les heures de travail.
La BM tourne au ralenti prête à prendre la route je suis équipé pour le froid car il a gelé sévère ce matin et le thermomètre ne doit pas être loin du zéro, je connais bien la route à faire : Gourdon, Fumel, Agen, Nogaro, Aire sur Adour, puis Pau, je passe la première et je retrouve la bonne vibration, le couple de renversement, la reprise à bas régime, elle enroule elle ronronne à souhait, je suis passé du rêve à la réalité, pas de jeu dans le sélecteur, pas de faux point mort entre la quatrième et la cinquième on dirait une boite neuve, en ce qui concerne l’allumage électronique pas trop vu la différence on verra plus tard.
Je réapprends à conduire ma BM, quel plaisir de pilotage rien à voir avec le K1100, oublier la conduite d’une moto moderne pour rouler sur une ancienne : Savoir engager le bon rapport avant le virage, accélérer dans la courbe et en ralentissant si besoin la moto au frein arrière, de la juste conduite pas d’à peu prés, le ré apprentissage revient vite, les 100 000 km effectués avec elle en presque 10 ans y sont certainement pour quelque chose, je suis confiant pour les 100 000 km qui vont suivre, déjà plusieurs concentres cochées sur le calendrier : Les Millesvaches, les Pinguinos, les Crottous etc….
Seulement voilà, peut avant Fumel le destin, la malchance, la guigne ou simplement une voiture qui me grille un stop que je percute à 60 ou 70 km heure et je me retrouve sur le bitume en gueulant de douleur et de colère, allongé sur le dos sans pouvoir bouger, j’essaie d’apercevoir ma BM sur le bas coté blessée tout comme moi.
Ce qui suit est classique de tous les accidents : Automobilistes portant secours qui essaie de me réconforter, longtemps après arrivent les pompiers et la gendarmerie, j’en ai marre de rester au sol, j’ai très froid et très mal la douleur est intenable quand les pompiers me brancardent dans le fourgon un gendarme essaie de me faire souffler dans le ballon, j’y arrive pas, il insiste, insiste et insiste encore j’y arrive un peu. Direction Villeneuve sur Lot : Hôpital le plus proche, nous devons certainement passer par les chemins de randonnées tellement je ressens de chocs dans la cage thoracique. Après radiographie et scanner le premier diagnostic tombe : 8 cotes cassées devant et derrière ainsi que l’omoplate cassée tout cela du coté droit. De l’hôpital de Villeneuve je suis dirigé vers celui D’Agen dans un service de soins intensifs, j’ai toujours très mal, j’ai une pompe à morphine qui me soulage un peu.
Diagnostic final : Les 8 cotes cassées, 3 vertèbres fêlées, l’omoplate droite cassée et le pouce de la main droite cassé plus le corps meurtri de la tête au pied, après 2 jours passés à Agen je suis transféré à l’hôpital de Pau dans un service de traumatologie où je vais passer une semaine, ensuite je vais aller quelque temps dans un centre de convalescence en rééducation, cela va être assez long il ne faut pas brûler les étapes de consolidation mais je garde le moral, surtout quand je lis tous vos messages ( textos, courriels, forums…)

Merci à toutes et à tous et à bientôt on the road bien sur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires